Category

Actualités

Pour une remise en service optimale de vos réseaux d’eau chaude sanitaire

Après une période d’arrêt ou de faible utilisation, de nombreuses actions sont à entreprendre pour remettre en service les bâtiments. 
Une organisation méthodique est indispensable pour mener à bien un redémarrage optimal.
Mais quelles sont les bonnes mesures à adopter ?

La DGS, les ARS ainsi que l’INRS préconisent un ensemble de recommandations pour guider les exploitants de réseaux d’eau et accroître leur vigilance vis-à-vis du risque microbiologique. Les opérations préconisées portent principalement sur la prévention du risque légionellose dans les eaux chaudes sanitaires.

Recommandations de la DGS, à réaliser dans les 15 jours avant l’ouverture :

 

  • Remettre le réseau en eau si celui-ci a été vidangé pendant la période d’arrêt ou procéder à une purge complète s’il est resté en eau.

Notre conseil : un circuit en acier galvanisé peut être vidangé mais ne doit pas être maintenu en l’état sous peine de corrosion prématurée. L’exploitant programmera un remplissage immédiat.

  • Monter la consigne de température de production de l’eau chaude sanitaire à 60-70°C, en l’absence d’usager dans l’établissement.

Notre conseil : la corrosion du zinc augmente avec la température. Les conduites en acier galvanisé ne doivent pas être soumises à des températures supérieures à 60°C.

  • Procéder à l’écoulement de l’eau chaude à tous les points d’usages, y compris ceux les plus éloignés de la production, jusqu’à obtention de la température maximale au point d’usage, si possible 70°C.

Notre conseil : validez l’efficacité de la désinfection sur le terrain avec une mesure en temps réel des bactéries.

  • Détartrer et désinfecter les éléments périphériques de la robinetterie (flexibles, pommeaux de douche, mousseurs…).

Notre conseil : n’oubliez pas les éléments de réseau situés en amont ! Organisez les opérations d’entretien en suivant le fil de l’eau : désinfection des adoucisseurs, nettoyage des filtres et autres éléments avant les points terminaux.

  • Ajuster la consigne de température de production de l’eau chaude sanitaire à sa consigne habituelle (elle est comprise entre 55°C et 60°C) et s’assurer que la température relevée au niveau collecteur de retour est supérieure à 50°C.
  • Vérifier l’efficacité de ces mesures par la réalisation d’une campagne de recherche des légionelles selon la stratégie d’échantillonnage mise en œuvre habituellement au titre de l’arrêté du 1er février 2010.

Notre conseil : valider l’efficacité des opérations avec la quantification de Legionella pneumophila par qPCR en 48h pour gagner en sérénité.

  • Poursuivre, jusqu’à ouverture et occupation des locaux, les écoulements réguliers de l’eau chaude au moins toutes les 48 h à tous les points d’usage pendant 5 minutes (ou jusqu’à stabilisation de la température), si possible de façon simultanée, jusqu’à l’occupation complète des locaux.

Notre conseil : utilisez un outil d’autocontrôle microbiologique pour anticiper les dérives pouvant conduire à un résultat positif en Legionella pneumophila.

Bien que principalement recherchées dans l’eau chaude sanitaire, les légionelles sont présentes dans les eaux froides. Lorsque les conditions sont favorables, la bactérie est capable de s’y multiplier de manière exponentielle. Un arrêt du réseau d’eau froide accroît d’autant plus le risque microbiologique. Par conséquent, il est important de tenir compte de l’introduction des légionelles via le réseau d’eau froide (eau d’appoint ou mitigeage). L’exploitant appliquera ainsi les règles d’entretien, de maintenance et de surveillance aussi sur le réseau EFS.

Conscient de l’étendue des actions à mettre en œuvre, GL BIOCONTROL accompagne les exploitants pour faciliter la réouverture et optimiser le redémarrage des installations d’eau chaude sanitaire.

Pour valider l’efficacité de vos opérations de redémarrage… 

L’ATP-métrie quantitative : une analyse des bactéries en moins de 2 minutes et directement sur le terrain.

  • Identifiez les zones de prolifération des bactéries de votre circuit.
  • Adaptez vos opérations suivant les résultats (maintenance conditionnelle).
  • Suivez et validez en temps réel vos actions (désinfection, nettoyage des filtres, purge…).
  • Programmez l’analyse réglementaire dès que la qualité d’eau est satisfaisante.

…et pour gagner en sérénité avant réouverture

La PCR quantitative : pour une analyse fiable de Legionella pneumophila en moins de 48h.

  • Prélevez un litre d’eau de votre réseau dans un flacon stérile.
  • Retournez-nous l’échantillon par transport express (réception < 48h).
  • Nous lançons l’analyse dès réception.
  • Nous vous communiquons les résultats au plus tard 48h après réception de l’échantillon.

Analyse par qPCR, mieux prévenir la légionellose

Le nombre de cas de légionellose ne cesse d’augmenter chaque année. Cette maladie, potentiellement mortelle, est causée par l’inhalation de la bactérie Legionella.  La méthode actuelle de référence, la culture, ne permet pas une réactivité suffisamment importante. La qPCR est un outil pouvant aider à réduire les temps d’analyse.

Ces dernières années, le nombre de cas de légionellose est en constante augmentation selon le rapport de l’European Legionnaires’ Disease Surveillance Network’s (ELDSNet). Le mode de contamination est principalement lié à l’inhalation de micro-gouttelettes contenant des légionelles. Les tours aéroréfrigérantes et les réseaux d’eau chaude sanitaire sont identifiés comme installations à risque et principales sources de contamination. Ces équipements doivent donc être particulièrement surveillés.

La culture, une méthode réduisant la réactivité des exploitants

Pour la mise en place d’une prévention efficace de la légionellose, l’une des principales limitations est le temps nécessaire à la détection et à l’identification de Legionella dans l’eau. La méthode de référence est la culture selon la norme NF T90-431. Elle reste la seule méthode utilisable pour respecter la réglementation.

Cette méthode demande aux laboratoires un temps d’analyse de 7 à 11 jours. Le rendu des résultats intervient bien souvent près de 15 jours après le prélèvement. Ce délai limite la réactivité des exploitants en cas de contamination. En effet, pendant l’attente des résultats, une installation contaminée reste en fonctionnement. De ce fait, elle constitue un risque de santé public important.

La qPCR pour réduire les temps d’analyse

Pourtant, des méthodes adaptées permettant une quantification fiable et rapide de Legionella pneumophila existent depuis de nombreuses années. Dans le cadre du plan de surveillance des installations, il est possible de réaliser une analyse de l’eau par méthode qPCR selon la norme NF T90-471. Le premier résultat est alors obtenu en moins de deux heures. Si une contamination est détectée, des actions correctives peuvent être mises en place immédiatement… bien avant la réception des résultats par culture !

GL BIOCONTROL, expert en microbiologie des eaux, propose ce service et réalise la quantification de Legionella pneumophila par qPCR selon la norme NF T90-471.
L’identification des colonies par qPCR autorisée par la norme NF T90-431

D’autre part, pour pallier en partie au problème de délai d’obtention des résultats par culture, la norme NF T90-431 autorise aujourd’hui la confirmation des colonies typiques de Legionella par PCR temps réel. En cas de détection de légionelles par culture, la confirmation des colonies peut être réalisée par PCR. Cela permet de diminuer le rendu de résultat de 48 heures environ. Les exploitants peuvent alors réagir plus rapidement pour stopper la dissémination des légionelles dans l’environnement.

GL BIOCONTROL a développé un kit d’identification des légionelles par qPCR et vous fourni accompagnement et conseil dans sa mise en place. L’usage de la PCR, méthode spécifique et rapide, diminue les temps d’analyse et augmente considérablement votre réactivité. 

Nos publications

GL BIOCONTROL, société créée en 2008, a accumulé au fil des années une grande expertise dans la gestion du risque microbiologique des réseaux d’eau. Pour contrôler les risques liés à la présence de bactéries, nous avons perfectionné l’ATPmétrie quantitative. Nous en avons fait un outil fiable et rapide. L’ATPmétrie s’utilise maintenant dans de nombreux domaines : tours de refroidissement, eau potable, eau chaude sanitaire, traitement de surface, galvanoplastie, piscine, eau ultra-pure…

Nos produits sont innovants et nous nous efforçons de les améliorer en continue pour répondre aux besoins du marché. Dans ce but, nous collaborons avec les acteurs de tous secteurs d’activité. De nombreuses publications sont sorties de ces échanges.

Retrouvez toutes les publications réalisées par GL BIOCONTROL et/ou ses partenaires :

2019 – Légionelles, prévenir le risque sans nuire à l’environnement >>> télécharger.

2018 – Water quality and total microbial load, a double-threshold identification procedure intended for space applications >>> télécharger.

2018 – L’ATP-métrie, une alternative à la culture des bactéries pour le suivi de la qualité des eaux dans les vols spatiaux habités >>> télécharger.

2018 – L’ATP-métrie quantitative, un outil pour l’autocontrôle microbiologique des réseaux d’eau potable >>> télécharger.

2017 – Analyse, les solutions rapides se développent >>> télécharger.

2016 – L’ATP-métrie une technologie en orbite >>> télécharger.

2016 – Biological and chemical atmospheric emissions of the biogas industry >>> télécharger.

2015 – Une nouvelle méthode de terrain pour la détection des bactéries dans l’air >>> télécharger.

2015 – Les défauts liés à la présence de microorganismes en galvanoplastie de luxe >>> télécharger.

2014 – L’ATP-métrie pour détecter et gérer en temps réel les dérives microbiologiques d’une unité de traitement d’eau >>> télécharger.

2010 – Qualification de l’ATP-métrie « haute sensibilité » pour le monitoring des eaux ultra-pures >>> télécharger.

2010 – Méthodologie d’evaluation de l’efficacité des systèmes UV >>> télécharger.

2009 – La gazette du laboratoire, GL Biocontrol >>> télécharger.

2008 – Pharmacopée Européenne, méthodes alternatives pour le contrôle de la qualité microbiologique >>> télécharger.

2003 – Y a-t-il des infections bactériennes opportunistes transmises par les eaux d’alimentation ? >>> télécharger.

2003 – Heterotrophic Plate Counts and Drinking-water Safety, the Significance of HPCs for Water Quality and Human Health >>> télécharger.